Europe

Villa La Coste

Ondulant à travers la garrigue, les anciens pavés du port de Marseille, carrefour de migrations et de cultures, inaugurent leur deuxième vie le long d’un élégant sentier, jonché d’une soixantaine de sculptures de maîtres dont celles Hiroshi Sugimoto et de Norman Foster.

Cette œuvre symbolique est signée de l’artiste chinois Ai Weiwei. Plus loin, on aperçoit sur la pièce d’eau une sculpture de Calder et une araignée de bronze de Louise Bourgeois, à contempler assis sur un banc en forme d’origami dessiné par Tadao Ando. Cette entrée en matière donne le ton : séjourner à la Villa La Coste est un privilège rare, celui de s’immerger dans une des plus belles collections privées d’art contemporain, tout en profitant de la campagne magnifique du Lubéron.

Dans un domaine de 250 hectares de vignes, de bois, de champs d’oliviers et de lavande, l’histoire du Château La Coste s’est construite vers 1682 autour d’une bastide fortifiée et d’un hameau de fermes anciennes, aujourd’hui rénovées par les artistes les plus prestigieux : Jean-Michel Wilmotte a transformé l’ancien chai en salle d’exposition, Jean Nouvel a œuvré dans les nouveaux chais de vinification de verre et d’acier, Frank Gehry s’est intéressé au Pavillon de musique, Renzo Piano a, lui, imaginé une galerie photo en verre et béton, prolongé d’un miroir d’eau et Tadao Ando s’est illustré partout ailleurs. Derrière l’ambition de ce lieu où l’art et l’architecture coexistent en pleine nature, il y a le génie de son propriétaire, le chef d’entreprise et collectionneur irlandais Patrick McKillen.

La partie hôtelière réserve donc un accueil hautement propice à la réflexion et à l’inspiration. Dans le lobby, une tapisserie de Fernand Léger et des toiles de Damien Hirst mènent vers les 28 villas suites à l’élégance épurée. Toutes avec terrasse privée, elles offrent une vue panoramique sur la vallée du Luberon et les vignobles de La Coste. A l’intérieur, des volumes généreux, un mobilier vintage d’inspiration moderniste rappelant des pièces iconiques de Jean Prouvé, et des salles de bain ultra graphiques.

Les trois tables du Domaine ont été confiées au chef triplement étoilé Gérald Passédat, qui décline l’atmosphère artistique dans des compositions culinaires de haute volée, servies par les productions bio du potager. Compter deux journées entières pour faire le tour des trésors disséminés entre les jardins et le Centre d’Art, visiter le chai de Château Lacoste et déguster des crus choisis, avant de randonner sur les chemins panoramiques qui sillonnent les vignes.