Itinéraire – Bain culturel entre Mexico et Oaxaca

S’initier au tissage dans un village de montagne et à la peinture sur céramique chez les experts mexicains, découvrir les plantations écologiques des aztèques chez un fermier et savourer l’une des meilleures cuisines du monde chez l’habitant : autant d’expériences immersives et exclusives pour découvrir en profondeur Mexico, Puebla et Oaxaca.

Mexico, l’ancien royaume aztèque

Levés avant le soleil, les voyageurs ensommeillés n’oublieront pas de sitôt leur escapade matinale. L’aube pointe juste à l’horizon quand la montgolfière s’élève, dévoilant les pyramides du Soleil et de la Lune. S’ensuit une navigation silencieuse de la vallée de Teotihuacán, avant de regagner la terre ferme pour trinquer à la beauté de cette expérience. La matinée se poursuit en explorant à pied cet impressionnant sanctuaire aztèque, qui fut jadis la plus vaste cité du monde précolombien. Pyramides et avenues bordées de ruines mystérieuses vibrent d’une mythologie riche en rituels et batailles, que ravive le talent du guide historien. Le retour s’opère en douceur vers le quartier de Polanco, enclave raffinée et animée où découvrir le meilleur de l’art de vivre mexicain. Bars et restaurants invitent à découvrir l’une des meilleures gastronomies du monde, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Il ne reste plus qu’à regagner la Casa Polanco toute proche ; cette ancienne demeure coloniale a été convertie en écrin hôtelier aux dimensions d’une maison de famille, délicatement meublée de pièces uniques d’artistes contemporains.

Dans la campagne des chinampas

Le lendemain matin, on embarque pour une petite croisière fluviale sur les canaux de Xochimilco. Le bateau à fond plat, un trajinera traditionnel en bois peint multicolore, navigue dans un paysage lacustre paisible. Des bancs de terre flottent ici et là, surmontés de végétation : ce sont les chinampas, les champs flottants où se pratique l’agriculture depuis l’époque mésoaméricaine. En compagnie du fermier, on apprend les secrets de cette pratique ancestrale et écologique avant de déguster un déjeuner préparé par Don Francisco Contreras, un producteur de maïs bleu et blanc typique de la région. Servis dans ce cadre bucolique, les quesadillas et huitlacoche ont la saveur du bonheur. Non loin de là, on découvre une autre ferme qui se consacre à la protection des axolotl, petits amphibiens en voie de disparition et symboles de l’ancienne cosmogonie aztèque. Un court trajet en voiture mène ensuite à la Maison Bleue, la célèbre Casa Azul où Frida Kahlo naquit et vécut presque toute sa vie. Devenue un musée après sa mort, cette belle demeure expose des toiles de la célèbre artiste et de son compagnon Diego Rivera, mais aussi leur collection de sculptures précolombiennes et de photos qui chargent les lieux d’émotion.

Mexico à travers l’Histoire

Cœur battant de Mexico, le centre historique impressionne d’abord par sa démesure. Place du Zocalo, l’une des plus vastes du monde, le regard tourne à 360°C pour admirer les bâtiments. C’est là que se trouve la Catédral Metropolitan, plus grande église d’Amérique latine, édifiée par les conquistadores espagnols sur l’ancien site d’un temple aztèque. Sa construction étendue sur près de trois siècles explique son incroyable mélange de styles, dont l’ébouriffant baroque churrigueresque typique d’Amérique Latine. La collection de monuments classés – ils sont près de 1500 dans le centre – donne le vertige. De l’ancien Empire précolombien, ne reste que le tracé des grandes avenues, qui filent aux quatre coins cardinaux. La promenade fait aussi passer par les haut-lieux de la Révolution, jusqu’au Palais des Beaux-Arts. La coupole blanche de ce monument hors norme étincelle de loin – mélange d’art Nouveau et d’Art déco, l’ensemble est si imposant qu’il s’enfonce petit à petit sur ses fondations. La soirée se poursuit en dégustation de tacos dans les meilleurs bars de la ville, et en essais comparatifs de mezcal guidés par un mezcalillero, spécialiste de cet alcool savoureux.

Vers les ors baroques de Puebla

Trois heures de route mènent d’abord au beau village de Cholula, grimpant jusqu’au col de Cortès. A 3600 mètres d’altitude, une steppe fleurie nappe le paysage où se dressent deux magnifiques volcans au sommet enneigé. Le temps de visiter à Cholula la Grande Pyramide, aux dimensions inégalées, et l’on parvient à Puebla. Avec ses myriades de murs dorés et de coupoles d’églises, ce bijou d’architecture coloniale donne envie de prolonger le séjour. En plein cœur historique, classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco, c’est à l’hôtel Banyan Tree qu’on dépose ses valises pour deux nuits. Les suites y distillent subtilement l’art mexicain des couleurs vives, dans des décors ornés de céramiques locales, et la piscine sur le toit offre une des plus belles vues sur les toits de la ville. Le lendemain matin, on s’essaie à la peinture de Talavera, les célèbres carreaux multicolores, chez l’artisan le plus réputé de la région, avant de visiter les trésors de Puebla. Emerveillement garanti sur Zocalo, la grand-place où trônent la magnifique Mairie et la Bibliothèque Palafoxiana, véritable musée du livre aux quarante mille ouvrages. Le baroque flamboie dans la Cathédrale et la chapelle du Rosaire, creusant l’appétit. Après s’être délecté de chiles en nogada, spécialité locale de piments à la sauce aux noix, dans une taverne du centre historique, il ne reste plus qu’à flâner en guettant les crêtes enneigées des volcans, totems de cette vallée d’altitude.

Oaxaca, trésor de la Sierra Madre

Au matin, la voiture poursuit sa route montagneuse vers la Sierra Madre del Sur, traversant des paysages rugueux piquetés de petits villages agricoles. Dès l’arrivée, le charme de Oaxaca opère – beaucoup de voyageurs la considèrent comme la ville la plus charmante du Mexique. L’animation sur le zocalo, la grand-place, est intense : vendeurs de ballons y côtoient musiciens, cireurs de chaussures et marchands de tacos ou de maïs au fromage. Certains soirs, les habitants viennent danser le paso doble, en tenue chic et surannée. On flâne avec délices dans les ruelles aux maisons colorées, de marchés en petits quartiers qui ressemblent à des hameaux.

C’est le lendemain matin qu’on retrouve le guide, pour une journée d’exploration : après les ruines de Monte Alban, l’ancienne capitale zapotèque de la région, on rejoint le beau village de Teotitlan de Valle pour un atelier de filage de laine chez des tisserands réputés. Les échanges avec les habitants se poursuivent à table, lors d’un déjeuner dans une famille de gastronomes. Plats et saveurs uniques y sont préparés avec une maestria digne de la réputation de la cuisine du Oaxaca, l’une des meilleures du pays. Une dernière nuit à la Quinta Real, un ancien couvent du XVIe siècle devenu un hôtel au luxe monacal, clôt en beauté cette plongée dans l’âme du Mexique.

Contactez-nous

Afin de concevoir ensemble votre voyage de luxe sur mesure

Menu Fermer