Itinéraire – L’Inde fastueuse et fervente

Des splendeurs de Mumbai aux rives mystiques du Gange, en passant par un Rajasthan esthète et vert, un périple vers le meilleur de l’Inde.

Les vertiges contrastés de Mumbai

Deuxième ville du monde, glamour et trépidante, Mumbai déroule ses faubourgs tentaculaires jusqu’à la mer d’Arabie. L’émotion saisit toujours le voyageur quand il arrive devant la Porte des Indes qui symbolisa les débuts de cette ville-monde.

Même frisson en contemplant la majestueuse façade du Taj Mahal Palace, où le tout-Mumbay se donne toujours rendez-vous. C’est dans cet hôtel extraordinaire et inclassable qu’on pose ses valises pour deux nuits, après y avoir savouré un high tea, rituel immuable depuis l’époque coloniale. Les deux jours suivants se passent à explorer les contrastes de Bombay. Près de la gare Victoria, les fameux dawaballas transitent depuis 1890 pour livrer chaque jour quatre millions de repas. L’un d’eux prend le temps d’échanger, ouvrant une porte sur un monde imperméable à la digitalisation. Cette Inde si chamarrée, où les époques s’entrechoquent, on la retrouve au grand dhobi ghat, immense cité-laverie à ciel ouvert habitée par une confrérie séculaire. Ou encore au temple Babulnath, en déposant une guirlande de fleurs lors de la cérémonie de la puja. On explorera aussi les ruelles de Daravi, le plus vaste bidonville du monde, immortalisé par le film « Slumdog millionnaire », avant d’aller se recueillir dans la maison de Gandhi et se remémorer l’histoire du fondateur de l’Inde moderne.

Dans la ferveur de Vanarasi

En deux heures de vol, on rejoint Vanarasi, alias Bénarès, la capitale spirituelle du pays. Des hauteurs, on mesure l’immensité du Gange, fleuve sacré dont les grands méandres cascadent depuis l’Himalaya. Au bord de l’eau, on embarque pour une croisière qui longe les ghats, où les scènes de vie – lavandières colorées, yogis en prière, familles en deuil et bûchers fumants – multiplient les mystères. Au soleil couchant, la célébration rituelle de l’Aarti prend ici une splendeur théâtrale inoubliable, immortalisée par la bougie flottante qu’on dépose sur le Gange parmi des milliers de flammes dansantes. Le lendemain, la ville labyrinthique aux deux mille temples s’explore ruelle après ruelle, dévoilant des instants de vie et de ferveur intense. La visite de Sarnath clôt ce récit hindou : à dix kilomètres de Vanarasi, là même où le Bouddha prononça son premier sermon, on se mêle aux pèlerins venus par milliers accomplir leurs dévotions. L’hôtel Taj Nadesar, un ancien palais princier entouré d’immenses jardins, offre un calme bienvenu après le tumulte de la ville.

Delhi, siège du pouvoir

Bruyante et cacophonique, colorée et baroque, la capitale du pays le plus peuplé de la planète bouscule immanquablement le voyageur. Deux journées donnent rendez-vous aux émotions fortes : au temple sikh de Bangla Sahib, immense cité fervente où l’on circule pieds nus sur des hectares de marbre blanc, on participe à la préparation de repas qui nourriront les milliers de déshérités venus chaque jour y déjeuner. Dans Old Delhi, on se faufile en rickshaw entre les ruelles surpeuplées et les échoppes d’artisans d’un autre âge qui contrastent avec le quartier des ministères dessiné par l’architecte Lutyen dans un mélange des styles victorien et indien. Un monument reste inoubliable : le mausolée d’Humayun, en volutes roses et blancs, premier édifice moghol de l’Histoire.

Il reste à savourer la quiétude de l’hôtel Impérial, son opulence rococo et son restaurant The Spice Route, où l’expérience gustative célèbre la route des épices dans un cadre feutré digne d’un musée.

Le Rajasthan des safaris et des empereurs moghols

Après avoir rejoint Jaïpur par les airs, compter trois heures de route pour atteindre le campement d’Aman-I-Khas. Adossée au parc de Ranthambore, célèbre pour ses tigres, cette étape de safaris, estampillée Aman, évite avec élégance le kitsch attendu. Seulement dix tentes, immenses et épurées, se partagent six hectares de jardins sauvages et de potagers bio. En 4X4, on quitte cette enclave enchantée pour deux journées de découverte de la jungle où les grands félins protégés règnent sur une faune opulente de gazelles et d’oiseaux multicolores.  Puis un voyage à travers le Rajasthan mène à l’Amanbagh, autre fleuron indien de la collection Aman. L’héritage moghol a dicté les lignes de ces pavillons blancs aux dômes arabisants, où de vastes suites ouvrent sur de belles pelouses à l’anglaise. Une immense piscine ombragée de frangipaniers et de nombreuses terrasses pour déjeuner ou dîner sous les étoiles ajoutent leurs plaisirs aux soins ayurvédiques. Aux alentours, on visite la cité de Bhangarh, Pompéi indien aux ruines fantastiques que hantent les singes langur. Et tout près d’Amanbagh, le lac d’Ajabgarh et son pavillon romantique accueillent les cours de yoga matinaux et des dîners au son de la flûte ou de la cithare.

Rishikesh, aux sources du Gange

La dernière étape du séjour ramène au Gange, près de sa source himalayenne. Sur les hauteurs de Rishikesh, le berceau des Ashrams et de la spiritualité, l’altitude distille une fraîcheur alpine. La petite bourgade et son pont de singes vertigineux enjambant le fleuve tumultueux vit au rythme des yogis et de centres de méditation célèbres dans le monde entier. La route grimpe à travers les conifères, surplombant par instants les méandres où descendent quelques canots de rafting, pour accéder à Ananda in The Himalayas. Dans des hectares de forêts et de jardins, ce palais d’été d’un maharadjah abrite l’un des hôtels les plus ressourçants de la planète. Stages de yoga animés par de grands maîtres, cures détox ou anti-âge basées sur l’Ayurvéda, sessions de méditation, s’y déroulent dans la sérénité de l’esprit yogique. Bercé par la nature puissante des montagnes et des eaux sacrées, le lâcher prise est à son maximum. C’est un souvenir de paradis terrestre qui accompagne le voyageur, quand le retour vers New Delhi devient nécessaire.

Contactez-nous

Afin de concevoir ensemble votre voyage de luxe sur mesure

Menu Fermer