Amérique Centrale

La canopée des hédonistes

Entre mer des Caraïbes et Océan Pacifique, ce paisible pays d’Amérique Centrale abrite l’une des biodiversités les plus préservées au monde. Exploration d’un véritable paradis tropical.

De San José aux rivages du Pacifique

Après le voyage transatlantique, première étape à San José. La bouillonnante capitale du Costa Rica mérite bien une halte. Animée et foisonnant de demeures victoriennes, la ville doit son histoire au commerce du café. Le fameux « grain d’or », toujours cultivé dans les plantations alentour, a donné son nom à l’hôtel Grano d’Oro, adresse majestueuse et vintage au cœur de la ville. Après avoir goûté l’animation nocturne à El Pueblo, aux airs de village espagnol, et la première nuit dans la douceur du climat montagnard, la navigation aérienne reprend en direction du Pacifique. Depuis la carlingue du Cessna, les faubourgs de San Jose paraissent vite engloutis par l’immensité verte de la jungle.

A perte de vue, la forêt omniprésente rappelle que le Costa Rica est l’un des pays les plus préservés de la planète, riche d’une biodiversité exceptionnelle et hautement protégée. Le petit avion au goût d’aventure se pose bientôt à la lisière des vagues, dans le port de Jimenez.


C’est dans une réserve privée de 400 hectares que se niche Cativo Lodge, prochain refuge pour la nuit – la maison est faite pour les robinsonnades de rêve. Le soir tombe sur la jungle, qu’on explore de nuit pour écouter les musiques étranges des batraciens et des oiseaux nocturnes qui peuplent la forêt. L’immersion tropicale se poursuit le lendemain en bateau dans le golfe de Dulce. Les eaux calmes abritent 21% des espèces marines du pays, ce qui promet de belles rencontres de dauphins ou de baleines à bosse. Deux autres journées sont consacrées à découvrir l’écosystème de la forêt primaire, la magie des rivages où les tortues de mer viennent pondre et les mystérieuses mangroves du Rio Esquinas qu’on remonte en kayak.

Vers la terre du feu à Turrialba

Au petit matin, le Cessna tourne le dos à l’océan et grimpe à l’assaut d’une cordillère pour rejoindre la vallée fertile de Turrialba. Verdoyante, cette campagne idyllique est dédiée à la culture du café et de la canne à sucre. On pose ses valises à Tierra del Volcan, une ancienne hacienda pleine de cachet, dont l’ambiance permet de plonger dans l’histoire ancestrale de la région . On y découvre comment le café est broyé et séché, ou la manière dont le sucre de canne est produit de manière traditionnelle. En compagnie d’un guide, on explore les chemins de Marta Wildlife Refuge, qui rassemble 1500 hectares de forêt primaire et de cascades sauvages. La nature devient encore plus mystérieuse sur le versant du volcan Turrialba, où s’étend la cité de Guayabo.

Seul site précolombien protégé du pays, cette cité qui resta longtemps engloutie sous la végétation offre des balades envoutantes sur des sentiers entre les ruines, où subsiste l’écho de la vie humaine disparue. On y chemine à l’ombre des cèdres et des magnolias, tentant de déchiffrer d’étranges pétroglyphes, en compagnie des toucans, tatous et autres habitants fascinants, devenus maîtres des lieux.

Cap au nord vers les volcans

L’exploration de l’intérieur des terres se poursuit en direction de la cordillère de Guanacaste et ses majestueux volcans. L’atterrissage au milieu de la canopée permet d’approcher de la villa Vertigo, demeure de bois sur pilotis ultra-moderne, harmonieusement intégrée à la nature sauvage environnante. On s’y pose en admirant la vue à 180°C sur la chaîne volcanique et le lac de Nicaragua. Le parc naturel abrite ici de merveilleux écosystèmes – plusieurs forêts pluviales de montagne, peuplées d’une faune abondante tels que les capucins moines, les pumas et les chats sauvages. Un réseau de ponts suspendus permet de s’aventurer à la hauteur des frondaisons, tout près des oiseaux multicolores. L’autre merveille des lieux est une cascade plongeant dans une piscine parfaite où s’offrir une baignade digne d’un remake de Tarzan.

Puis la route reprend toujours au nord, à la rencontre de villageois qui vivent au pied du volcan Miravalles, le plus haut du pays. Jeux et traditions culinaires sont partagés, dans la gaieté de cette « pura vida » dont le Costa Rica a le secret. Et le soir descend sur la prochaine halte à Rio Perdido, lodge perdu dans la jungle où attendent traversées vertigineuses en tyroliennes, descentes de rivières et spa nature où expérimenter des bains de boue volcanique régénérants.

Toute la magie de l’océan à Papagayo

Avant de regagner la côte, il faut découvrir l’écosystème fascinant des plaines inondées autour de Tempisque, le troisième fleuve du pays. Marais et zones humides s’explorent en bateau, à l’affût des crocodiles, singes et iguanes. La journée s’achève en apothéose sur la péninsule de Pagagayo. Située tout au nord-ouest du pays, cette partie de la côte pacifique est sans doute la plus belle. Le littoral découpé de baies et sculpté de collines couvertes de jungle bruissante d’oiseaux, constitue la partie balnéaire la plus recherchée du pays. Sur ce territoire, la petite péninsule de Papagayo est une merveille naturelle avec sa bande de terre bordée de part et d’autre de rubans de sable. C’est à cet endroit privilégié que s’est posé l’écolodge Kasiiya, escale privilégiée de ce paradis tropical.

Le séjour se passe à comparer les mérites des plages du domaine, et à égrener les nombreuses activités de découvertes. Les amateurs de frisson peuvent expérimenter la tyrolienne dans la canopée, tandis que les plus hédonistes n’oublieront pas de sitôt les randonnées en forêt et le cabotage en canoë de crique en crique.